Dans un mois ? dans un an ?
Mon charabia · 03 novembre 2021
❝La patience est l'art d'espérer❞, écrivait Vauvenargues. Cette rubrique infuse encore et je ne désespère pas de lui donner matière. Dans un mois ? dans un an ? Qui sait ?

Octobre Rose 2021
Carnet de curiosités · 31 octobre 2021
Nouvelle année et nouvel Octobre Rose avec, pour cette édition 2021, des photographes de rues qui, de par le monde, cueillent l'instant décisif cher à Henri Cartier-Bresson. Un diaporama avec une touche de rose, bien sûr.

Oublier les fleurs sauvages, Céline Bentz, Préludes Éditions
Carnet de lectures · 25 août 2021
Oublier les fleurs sauvages est le 1er roman de Céline Bentz, née d'un père français et d'une mère libanaise. Comme nous l'apprend la postface, elle s'inspire là de son histoire familiale, et ce vernis en partie autobiographique donne à son récit un surcroît d'authenticité. À l'été 1984, voilà bientôt dix ans que le Liban est en proie à une guerre civile interconfessionnelle sans précédent. L'avenir d'Amal, brillante lycéenne, peut-il s'écrire dans ce pays funambule ? Quant à l'amour...

Indices, Zadie Smith, Folio
Carnet de lectures · 18 juillet 2021
Indices de Zadie Smith est un mince recueil de 6 essais écrits entre les jours qui ont précédé le début du premier confinement à New York et ceux qui ont suivi l'assassinat de George Floyd, le 25 mai 2020. Témoignages intimes d'un quotidien chamboulé où percent une ironie douce-amère et une réelle empathie.

L'Enfant céleste, Maud Simonnot, Éditions de l'Observatoire
Carnet de lectures · 19 mai 2021
Voilà un 1er roman à lire toutes affaires cessantes. Qui n’a pas eu envie, ces derniers temps, de sentir le sel des embruns et la fraîcheur du vent, de se noyer dans l’azur limpide du jour et la noirceur lumineuse du ciel nocturne, de rire avec les mouettes, d’être réconforté par les éclats sourds de lointaines conversations bon enfant. L'Enfant céleste est tendre et poétique, à l’image de la superbe couverture de Tristan Hollingsworth.

Le Sanctuaire, Laurine Roux, Éditions du Sonneur
Carnet de lectures · 07 mai 2021
Le Sanctuaire est le 2e roman de Laurine Roux. Publié aux Éditions du Sonneur, il vient de recevoir le Grand Prix de l’Imaginaire 2021 du meilleur roman francophone. Je répugne à enfermer ce roman d'initiation, conte poétique et sépulcral, dans une quelconque case (survivaliste ? post-apocalyptique ?) qui en le résumant ne saurait rendre compte de la richesse de son propos, de la réflexion qu’il soutient, de ses différents niveaux de lecture... en 147 pages !

Tant qu'il reste des îles, Martin Dumont, Les Avrils
Carnet de lectures · 30 avril 2021
J’attendais avec impatience la publication du 2e roman de Martin Dumont, qui a été repoussée de presque un an. La maison d’édition Les Avrils, contrainte d’oublier le calendrier en cette année particulière, n’allait naître qu’en janvier 2021. Tant qu’il reste des îles. Je ne sais pas résister à un titre qui me promet l’évasion en ces temps où la ligne d’horizon de nos déplacements est posée à dix chiches kilomètres. En quelques pages, je savais que la magie allait opérer. Venez !

Les Monstres, Charles Roux, Éditions Rivages
Carnet de lectures · 22 avril 2021
Les Monstres de Charles Roux est un roman chorégraphique, "le geste habile d’un magicien et l’histoire improbable d’un conteur". Une construction audacieuse, labyrinthique et parfaitement maîtrisée pour révéler, avec une pincée de fantastique et un zeste de magie, le monstre que chacun de nous nourrit.

Bénie soit Sixtine, Maylis Adhémar, Éditions Julliard
Carnet de lectures · 13 avril 2021
Pour son 1er roman, Bénie soit Sixtine, la journaliste toulousaine Maylis Adhémar s’empare d’un sujet délicat (comprenez casse-gueule !) : l’intégrisme religieux dans les familles catholiques, thème quelque peu oublié en littérature. Cette histoire d'une jeune mère qui chemine vers la lumière et s'émancipe évite les lieux communs et la caricature. La construction est impeccable, le propos implacable. Un 1er roman très réussi.

Les Nuits d'été, Thomas Flahaut, Éditions de l'Olivier
Carnet de lectures · 09 avril 2021
Oubliez l’atmosphère légère et mutine des nuits d’été que l’on imagine chaudes, lascives et langoureuses, harmonie de bonheur sensuel et d’amours éphémères. Les Nuits d’été de Thomas Flahaut est le roman du désenchantement, de la fin d'une époque. Authentique, porté par une écriture sobre et sincère, ce 2e roman, lent, raconte la fin d’un monde où la nuit s’infiltre partout. Un très beau récit.

Afficher plus