Mes lectures

Mes lectures · 01 avril 2020
1er roman de Claire Etcherelli paru en 1967 et récompensé par le prix Femina, "Élise ou la vraie vie" est le récit a posteriori de ce "temps qui ne reviendra plus", ces quelques mois qu’Élise Letellier va passer à Paris où elle est partie rejoindre son frère. Ce judicieux parti-pris narratif évite l'écueil d'un ton trop impersonnel et froid et, bien au contraire, enrichit le récit d’une belle humanité, celle qui colore et donne du sens aux souvenirs, fussent-ils douloureux.

Mes lectures · 25 mars 2020
Les années 1920. Paris. De jeunes américains un peu indolents, toujours pris entre deux ivresses, forment le projet de délaisser les bars de Montmartre pour rallier Pampelune et assister à la fiesta de juillet. "Le soleil se lève aussi", 1er roman de Hemingway, raconte l’après-guerre d’une jeunesse en déshérence qui lutte contre la vacuité de son existence et trouve refuge dans la fiesta, les parties de pêche, s'étourdit dans l’alcool, le bruit, une certaine bougeotte pour tenter d'oublier.

Mes lectures · 15 mars 2020
J'ai découvert "Pourquoi le saut des baleines" de Nicolas Cavaillès, écrivain couronné par le Goncourt de la nouvelle, alors qu'il venait de recevoir le Prix des Gens de Mer pour ce 1er roman, il y a presque 5 ans. Ma curiosité avait été piquée, à l'époque, par la 4e de couverture et ce qu'en avait dit l'auteur, lors d'une rencontre à ma librairie. 5 ans plus tard, "fantaisie littéraire" lui va toujours aussi bien.

Mes lectures · 11 mars 2020
Il y a 10 ans, J. D. Salinger s’éteignait à Cornish, New Hampshire, où il s’était retiré dès 1953, à 34 ans à peine, après le succès incroyable de son 1er roman, "L'Attrape-coeurs". Avec ce roman, dont la dernière traduction française date de 34 ans, se pose la question de la modernisation d'un roman culte qui pourtant fit un flop chez nous.

Mes lectures · 04 février 2020
Tout a déjà été écrit sur "Francis Rissin", 1er roman de Martin Mongin. Qu’il est déroutant, ébouriffant, d’une ambition folle, audacieux, incroyable, labyrinthique, virtuose, jubilatoire, hypnotique, etc. Et tout cela est vrai, strictement vrai. "Francis Rissin", c’est un pavé – pas seulement à cause de ses 616 pages - dans la rentrée littéraire de septembre ; un pavé qui a le bon goût de venir rider la surface de la belle endormie qu'est, parfois, la production littéraire française.

Mes lectures · 22 janvier 2020
26 avril 1986, République Socialiste Soviétique d’Ukraine, Tchernobyl, Centrale nucléaire V.I. Lénine, Réacteur n° 4, 1 h 23. Des chiffres austères, des mots secs, des données brutes pour dire une catastrophe industrielle, humaine et écologique aux conséquences sans précédent. Tout ce que n'est pas "À crier dans les ruines", 1er né d’Alexandra Koszelyk qui tresse tragédie shakespearienne et mythes antiques.

Mes lectures · 15 janvier 2020
"Le Détachement", 2e roman de Jérémy Sebbane, porte deux voix, celles de deux trentenaires, amis depuis l’enfance. Maxime et Juliette sont comme l’avers et le revers d’une même médaille, différents et complémentaires. Un mensonge de trop peut-il venir gripper leur amitié et les propulser dans l'âge adulte ?

Mes lectures · 07 janvier 2020
"Les autres fleurs font ce qu’elles peuvent" est un 1er roman, une autofiction pour être exacte, sur les difficiles progrès d’une femme de presque quarante ans pour accepter le décès de son père survenu 27 ans auparavant. Comment faire son deuil quand la famille, croyant vous protéger, vous congédie des derniers instants ?

Mes lectures · 18 décembre 2019
Comme l’était "Ma reine", son premier né paru en août 2017, "Cent millions d'années et un jour", 2e roman de Jean-Baptiste Andréa, est un conte, ici celui d’un rêve et d’une quête, toujours publié chez L’iconoclaste. Sur des informations bien minces, Stan, paléontologue, met sur pied une expédition aussi insensée que l’histoire qu’une fillette vient de lui raconter.

Mes lectures · 10 décembre 2019
Pour son 1er roman, Abel Quentin, avocat, a fait le choix courageux d’écrire sur un thème risqué en diable par les temps que nous connaissons : l’embrigadement d’une jeune Française de 15 ans. Embrigadement et non radicalisation : une nuance qui a son importance ici, car l’adolescente n’était auparavant ni pratiquante ni croyante. "Soeur" est un roman vers lequel je ne serais pas allée s’il n’avait pas fait partie de la sélection des 68 premières fois. Et pourtant...

Afficher plus