Mes lectures · 05. décembre 2019
"Les amers remarquables" brosse par touches légères, sans ostentation aucune, le tableau d’une famille des années soixante à nos jours, de Berlin à Paris et retour, de la Bretagne au sud de la côte atlantique. Pourtant, ce récit tient moins de la chronique familiale que du portrait tendre, mais lucide, d’une mère par sa fille devenue mère à son tour. Emmanuelle Grangé livre ici un roman que l’on devine largement autobiographique, y révèle une histoire familiale sur plusieurs décennies.

Mes lectures · 29. novembre 2019
"L’homme qui n’aimait plus les chats" est le premier roman d’Isabelle Aupy, il est aussi le premier ouvrage publié par la toute jeune maison d’édition du Panseur, il est surtout un texte futé qui déroule son argument en toute simplicité, en tournant le dos aux grands effets, dans une langue économe et poétique. Une réussite.

Mes lectures · 27. novembre 2019
Ce premier roman n’en est pas un. "Le Corps d’après" de Virginie Noar tient plus de l’essai, voire du manifeste dans ses dernières pages ou, plus sûrement, du témoignage de l’intime. La narratrice, anonyme, rend compte par le menu - toute pudeur bue, et c’est libérateur - des modifications d’un corps, le sien, alors que s'annonce son premier enfant.

Mes lectures · 25. novembre 2019
"Dénouement", premier roman d'Aurélie Foglia, raconte, quoi de plus banal, la séparation d’un couple. Elle, c’est Dolorès. La douleur, c’est elle. Dans ce roman, tout n’est qu’absence d’horizon et de perspectives, tout est d’une grisaille éteinte et désolante pour dire le désarroi et la dépression post-divorce.

Mes lectures · 21. novembre 2019
"J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de toi" est un 1er roman d’un souffle rare, bouleversant, puissamment écrit. Non, le roman de Yoan Smadja n’est pas un récit de plus, le récit de trop, sur le génocide Tutsi de 1994. Ce roman est un modèle de texte sur l’intensité de destins personnels, la destinée d’un pays, l’histoire de personnes prises dans la tourmente écœurante de l’Histoire, sans jamais tomber dans le pathos grandiloquent, l’empathie facile, le voyeurisme gratuit.

Mes lectures · 17. novembre 2019
"Un été à l'Islette", deuxième roman de Géraldine Jeffroy, est d’une délicatesse infinie, une parenthèse enchantée, toute d’harmonie et de poésie. Le texte économe de mots, le rythme souple du phrasé, la beauté classique de la langue offrent un moment de lecture hors du temps : on oublie, on s’oublie, avec délice en cet été 1892 où l'on côtoie Camille Claudel, Rodin et Debussy, livrés à leur ferveur créatrice, dans le cadre bucolique des bords de l'Indre.

Mes lectures · 10. novembre 2019
"L’Imprudence", premier roman de Loo Hui Phang, est un livre sur le désir d'être l'héroïne de sa propre fiction quand on se sent doublement étrangère, tant à son pays de naissance qu'à celui d'adoption.

Mes lectures · 06. novembre 2019
Voilà 25 ans, au Rwanda, était perpétré le génocide contre les Tutsi qui allait faire près d’un million de morts en quelques mois. Beata Umubyeyi Mairesse est née à Butare qu’elle a fui avant les massacres, à l’âge de 15 ans. "Tous tes enfants dispersés" est un premier roman superbe et sensible.

Mes lectures · 03. novembre 2019
"Ceux que je suis", premier roman d’Olivier Dorchamps, est le récit intime et personnel d’une famille d’origine marocaine venue s’établir en région parisienne. Une famille comme tant d’autres que « les aléas du XXe siècle ont déracinée et replantée de l’autre côté de la Méditerranée. » Quand le père décède prématurément, la famille Mansouri découvre ses dernières volontés : être enterré en terre marocaine, à Casablanca.

Mes lectures · 28. octobre 2019
À Paris, en cette fin de XIXe siècle, on ne compte plus les femmes internées à la demande de leur famille, à la Salpêtrière où exerce l’éminent neurologue Jean-Martin Charcot. Le bal des folles est le premier roman de Victoria Mas, lauréate des prix Stanislas et Patrimoines 2019.

Afficher plus